Membre de jury depuis 2012 auprès de la DIRECCTE après un stage au Centre AFPA de Balma, je viens de réaliser mon 10ème passage de titre professionnel auprès de personnes en reconversion professionnelle.

Depuis 6 ans, j’ai demandé plusieurs habilitations en fonction de l’évolution des métiers : assistante de direction, assistante administrative, secrétaire comptable, assistante manager, formateur. Mon habilitation est intégrée dans la base de données de la DIRECCTE et je peux être appelée par un centre de formation (AFPA, ADRAR, CPPU, GRETA, etc) pour composer un jury en fonction des examens à faire passer (Niveau III BTS la plupart du temps).

Participer à un jury me fait comprendre que j’ai une expertise à partager et que mon rôle consiste autant à conseiller qu’à former.

J’ai commencé par suivre une formation délivrée par un centre de formation habilité pour comprendre le rôle et les enjeux d’être membre de jury et après avoir passé un QCM en ligne, j’ai reçu un courrier postal me confirmant mes habilitations.

Depuis, je suis appelée 1 à 2 fois par an pour participer à des jurys sur 2 jours en moyenne dans la région Occitanie (Toulouse, Albi, Carcassonne). Cela me permet de rencontrer des professionnels de la formation, d’échanger sur les évolutions de mon métier. Surtout, cela me permet de rencontrer des candidats, chacun avec leur histoire, soit en formation initiale, soit en reconversion professionnelle, soit en VAE (Validation des Acquis de l’Expérience). Mon objectif n’est pas uniquement de juger les compétences techniques d’un candidat mais surtout de déceler son savoir-être et de vérifier qu’il a bien compris la culture professionnelle de son futur métier. Bien évidemment, je tiens compte de son vécu et de ses différentes expériences professionnelles mais je m’intéresse surtout à ses projets futurs.

Si le candidat est en recherche d’emploi : je vais le conseiller sur ce qu’il doit mettre dans son CV et sur sa posture lors d’un entretien d’embauche. Je vais surtout l’encourager à persévérer dans son nouvel emploi et/ou à renforcer certaines compétences si je décèle des lacunes (l’anglais surtout).

Si le candidat a trouvé un emploi : je vais le conseiller en partageant mon expertise en fonction de son emploi et de son rang hiérarchique (les responsabilités ne sont pas les mêmes).

L’entretien final est donc primordial : je prends le temps de revoir avec le candidat les compétences qu’il n’a pas su mettre en pratique dans ses exercices écrits, dans les entretiens oraux (entretien téléphonique et/ou face à face). Je vérifie si c’est un manque de compétence ou un manque de temps (on voit ensemble à ce moment-là la gestion des priorités). C’est après que je parle de son stage qu’il a effectué dans l’entreprise de son choix, en discutant avec lui sur les activités qu’il a pu entreprendre (mise en situation, autonomie, service, etc). Cette discussion me sert ensuite à l’encourager : soit vers le métier dont il vient de faire la formation, soit vers une voie professionnelle qui lui conviendrait le mieux si je sens qu’il n’est pas à l’aise (ex : orienter un candidat vers un poste d’assistant administratif plutôt que vers un porte d’assistant commercial).

Je lui indique également l’importance de faire partie d’un réseau professionnel, la FFMAS par exemple, afin d’être en contact avec des membres de son propre métier et de faire de la veille sur l’évolution du métier d’assistanat.

Si vous aussi, vous êtes intéressé pour devenir membre de jury, cliquez ici ! Si vous souhaitez simplement me contacter pour en discuter, cliquez !